Le département du Lassithi

et

la province de Sitia

 La province de Sitia se trouve à l'extrémité orientale de l'ile et du département du Lassithi.

C'est là que trouvèrent refuge les derniers des Minoens, ou Etéocrétois, après avoir été chassés du reste de l'ile par les Achéens et les Doriens. Une importante cité hellénistique a été découverte en 1987 à 2,5 kms de la ville actuelle et l'on pense qu'il s'agissait de l'ancienne Sitia. Les premières traces d'habitat dans la province remontent à 3500 av J.C. L'apogée de la province se situe durant la période Minoenne, et une multitude de sites archéologiques attestent de l'importance de la province et de ses relations commerciales et culturelles avec les pays du Proche Orient et d'Afrique du Nord. Les plus importants vestiges sont les tombes à coupoles (Akhladia), les villas rurales ( à Sitia, Zou, Makry Yalos ... ). Mais les sites archéologiques les plus célèbres sont situés dans la petite île de Psira, sur la côte nord de la province, la ville minoenne abritée sur le littoral de Paleskastro et le fameux palais de Kato Zakros dont les fouilles ne sont pas encore achevées. Ce Palais occupe 1,5 hectare, comprend 250 pièces et deux étages. Plus de 10 000 objets précieux ont été retrouvés là. L'invasion des guerriers doriens a interrompu l'essor culturel pendant plusieurs siècles. 

L'actuelle ville de Sitia fut fondée durant la première période Byzantine et a été le siège d'un évêché. C'est dans la seconde période Byzantine que fut construit le Monastère de Toplou. Sitia a longtemps été surnommée "la PORTE DE L'ORIENT". Les habitants de Sitia prirent part à toutes les insurrections contre l'occupant vénitien. En 1508 un violent seïsme affaiblit la defense de la ville contre les ottomans. En 1538, le pirate turc BARBAROSSA marque profondément la ville de ses assauts. Le vestige le plus important de la période vénitienne est la Villa des Seigneurs De Mezzo, à Etia. L'année 1870 est importante pour l'histoire de Sitia, car c'est à cette période qu'elle fut choisie par l'administrateur de Crète HUSSEIN AVNI pacha pour être la capitale de la province.

Sitia subit aujourd'hui les effets de la modernisation. Des constructions modernes, peu réglementées, un tourisme de masse du à l'installation de grands groupes financiers, qui parfois laissent à l'abandon des constructions bétonnées laides et agressives pour l'environnement.

Ceci n'enlève rien à la qualité de l'hospitalité des VRAIS CRETOIS, et il est préférable de passer votre séjour en chambre d'hôtes, dans un petit hôtel ou une petite location d'appartement ou de maison, plutôt que d'accepter les offres très attractives mais au bout du compte décevantes des Tour-opérators, proposant un hébergement en hôtel de 300 chambres et une nourriture insipide.

La flore et la faune :

Les découvertes archéologiques, les données historiques et les noms des lieux montrent qu'il y avait dans cette province de grands mammifères, aujourd'hui disparus. Des fossiles d' hippopotames et d'éléphants ont été retrouvés dans les sols des régions côtières et des plateaux. Des carcasses de cerfs et de chèvres sauvages ont été retrouvés dans les grottes. Le chat sauvage crétois (Félis Silvestris Cretensis), le cheval de labour crétois, le "traceur" crétois (chien de piste), la souris "hérissée", la souris "migalis" (insectivore), la chauve souris font partie des animaux typiques de cette région.

Parmi les 412 espèces d'oiseaux vivant ou passant par la Crète, un très grand nombre d'aigles, buses et faucons, tels que le kokalas, (expaetus foulvus), le chrisaetos, aigle d'or (Aquila Chrysaetos) ou le faucon pelerin (falco Peregrinus) ont choisit cette région comme patrie. Le fidaetos, aigle serpent (Girgaetus Gallicus), le Kalamorikos (Circus aeroginus), les choucas rouges (Phyorcorax phyrocorax) ont choisi de passer par cette région durant leur migration.

Je Falco Eleonorae (espèce des falconidae)

Dans la région de l'Egée, il se rencontre sous le nom de pérégrin ou faucon de mer. Il doit son nom à une princesse du moyen âge. C'est l'un des plus rares oiseaux de proie à vivre en groupe sur les îlots rocheux de la méditerranée. Il émigre l'hiver à Madagascar.

Je vignoble de Sitia est l'un des plus anciens vignobles d'europe. De nombreux ustensiles ont été retrouvés et sont aujourd'hui exposés dans le musée de Sitia, attestant de la longue tradition vinicole de la région.

Le Lassithi est la partie de la Crète la plus au sud de l' Europe et donc la plus aride. On trouve ici des plantes indigènes locales, que l'on ne trouve pas dans les autres parties de l'ile : Selekano et sa forêt de pins, Katharo et sa forêt de Cyprès, la Palmeraie de Vai, le ravin de Cha, 40 gorges et prés de 1300 grottes répertoriées.

C'est dans ce département que la littérature (Vitsentzos Kornaros) et l'art, en particulier la sculpture sur bois (icônes, trônes, ornements d'églises) se sont développés. C'est à Piskokefalo que l'on a retrouvé les vestiges les plus importants de la famille Kornaros (maison, moulin, portail armorié ...). 

Il y a plus de 50 monastères à visiter dans la région du Lassithi.

C'est dans le département du Lassithi que se termine le fameux sentier E4. Il ne s'agira pas d'un niveau élevé de haute montagne, tels que le chemin de Kostamonitsa à Selekano ou celui allant de Vassiliki à Papagianades. Le sentier traverse la province d'est en ouest, il contourne les gorges de Kha, dont la traversée exige des capacités d'escalade de haut niveau, et il conduit au hameau de Thrifti, dans une vallée encaissée entre deux sommets.

Lieux à visiter lors de votre périple :

Le musée Archéologique d'Agios Nikolaos regroupe l'ensemble des objets à partir de l'éopoque néolithique jusqu'à la fin de l'époque greco-romaine. Ce sont les offrandes retrouvées sur le site d'Aghia Fotia qui représentent la plus grande partie de la collection. (nécropole minoenne).

Le site archéologique de Lato : est considéré comme la ville la mieux conservée de l'époque classique-héllénistique en Crète et de Grèce. Les vestiges datent du IVème sicèle avant J.C. Elle était fortifiée, les maisons étaient construites sur des terrasses et il y avait une Agora et des temples, ainsi qu'un théâtre creusé dans la roche.

Aghia Fotia : petit habitat prés de la mer. Une importante nécropole du Minoen récent, comportant plus de 300 tombes. Ici a été retrouvé un riche mobilier funéraire, environ 1800 objets, dont beaucoup de vases, exposés aux Musée archéologiques de Sitia et d'Héraklio.

Le Monastère de Toplou, un des plus importants Monastères de l'ile.

Le site d'Itanos : appelé aussi "Erimoupoli" (la ville déserte); un site habité dès la préhistoire, superbe. Un grand port autrefois, qui entretenait les relations commerciales avec la Méditerranée orientale et l'afrique du nord. De nombreux vestiges d'églises byzantines, qui témoignent de l'importance de ce lieu et de cet essor.

La Palmeraie de Vaï : trés agréable hors saison. Unique en europe, une plage superbe en hiver, un écosystème à la beauté exotique.

Palaikastro : une des régions les plus riches de l'ile au point de vue archéologique. C'est là que fut retrouvée l'une des plus grandes villes minoennes (Roussolakos) et une organisation architecturale et un plan d'urbanisme parfaits ( division en neuf quartiers). La ville dispose d'un système d'évacuation des eaux usées, d'un pressoir à huile et d'un pressoir à raisin, ainsi que de luxueux batiments à étages. Elle constitue un exemple de la civilisation minoenne à son apogée. Une grotte funéraire date de l'âge de bronze, une table d'offrande mycénienne, un sanctuaire sur la colline de Petsofas, des sarcophages à Hagia Triada. C'est dans cette région que l'on a retrouvé l'idole chryséléphantine en or et ivoire, ou fut gravée l'hymne aux Courètes.

Zakros : là encore, de nombreux vestiges de l'époque minoenne, dont un pressoir à vin exposé au musée de Sitia. A découvrir absolument : la gorge des Morts, qui aboutit au fameux palais minoen de Kato-Zakros. Ce palais a été bâti vers 1600 av J.C et détruit en même temps que les autres palais minoens. 8000 m2 de surface, présentant nettement : la salle des banquets,des bassins lustratoires, des ateliers, des entrepôts ...

La collection archéologique de Ierapetra : abritée dans le bâtiment construit en 1899 de l'école Ottomane. Les objets exposés datent du III ème millénaire au Vème millénaire aprés J.C. Les objets les plus anciens datent d'un habitat PRO-MINOEN, sur la colline de Fournou Koryphi Pyrtos. Une superbe statue de Démeter a été retrouvée en excellent état.

La collection archéologique de Néapoli : regroupe l'ensemble des objets retrouvés à Elounda, Dréros, Ellinika et d'une tombe minoenne excavée à Tourloti ( Sitia) ainsi que d'une tombe héllénistique retrouvée à Kalo Xorio. Une bel ensemble de monnaies vaut le détour.

Le site archéologique de Petra : au sommet de la colline domine le complexe palatial central, qui constituait autrefois le centre administratif, commercial et religieux pour l'arrière pays de Siteia. C'est ici que l'on trouve les archives les plus complètes de Crète en ce qui concerne les écritures hiéroglyphes.

Le site archéologique de Vassiliki : situé sur une colline prés du village de Vassilki, il s'agit du témoignage de l'une des premières organisation urbaine. Parmi les monuments les plus importants : La Maison sur la Colline, un grand bâtiment considéré comme précurseur des palais minoens.

Le site archéologique de Gournia : c'est la ville minoenne la mieux conservée de la région. Construite prés de la mer, elle est surnommée '' POMPEI de la Crète minoenne". Gournia décrit la vie quotidienne des minoens, s'affairant à l'agriculture, l'élevage, la pêche, la céramique ou le tissage : les objets retrouvés en attestent fortement.

Le Musée archéologique de Siteia :  c'est dans ce musée que sont regroupés l'ensemble des objets retrouvés dans la Palais de Zakros, qui constituent les chefs d'oeuvre de l'art minoen.

La grotte de Psychro : se trouve sur les pentes du mont Dikté, lieu de culte trés ancien. C'est là que Réa s'est réfugiée pour donner naissance à Zeus, père des dieux et des hommes, loin de son père infanticide Kronos. On a retrouvé des objets datant de 1800 avant J.C, ainsi que des objets de l'époque médiévale. Cette grotte a été, durant très longtemps, un lieu de culte trés important de la Crète.

Une superbe église primitive dédié à la Dormition vaut le détour à Krysta. La Panagia Kera, construite à l'époque Byzantine et agrandie à l'époque vénitienne. A l'intérieur, toutes les surfaces sont décorées de belles peintures murales datant du 18ème siècle.

Xérokambos : Cette région fut probablement habitée dès la période minoenne. Un sanctuaire, situé sur la colline de Kéfalas en témoigne. Les objets retrouvés dans cette région attestent des échanges commerciaux établis avec les îles voisines de Karpathos, Rhodes et Kalymnos. Les plages de Xérocambos sont les plus belles de Crète orientale.

  • Instagram Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • Facebook Social Icon

© 2020

Crète, Terre d'Origines