Le Disque de Phaestos   :   


A première vue, ce n'est qu'un disque en argile de 17 centimètres de diamètre pour 20 millimètres d'épaisseur. 

242 "hiéroplyphes", formant  une spirale allant du bord vers le centre.

Sur les 45 figures répertoriées, plusieurs représentent des éléments du quotidien :

homme, poisson, insecte, oiseau, bateau, etc.

Février 2018 : nouvelles découvertes sur le disque de Phaestos ...

 

le linguiste Gareth Owens fait à nouveau entendre  "La voix du disque de Phaistos" lors d'une conférence donnée à la National Hellenic Research Foundation (NHRF), en collaboration avec l'Institut Technologique Educatif (TEI) de Crète. 

"Il a 61 mots sur les deux côtés et 18 lignes en forme de sonnet rythmique. Six mots parlent de la lumière et six mots parlent de la lumière qui s'estompe. Trois mots parlent de la déesse enceinte et dix autres de la déesse avec des adjectifs différents"

"Des mots et une phrase entière du disque de Phaistos ont également été trouvés dans d'autres inscriptions syllabiques religieuses minoennes, à la fois dans la grotte d'Arkalochori et sur la montagne de Yuchtas à côté d'Archanes et de Knossos. Ces inscriptions religieuses ont été trouvées avec des offrandes votives, ce qui veut dire que les mots minoens associés aux offrandes votives minoennes sont en rapport à la fois avec la religion et la santé. 

"Par conséquent, il peut être vu dans un contexte logique, c'est-à-dire que le Disque de Phaistos est une inscription syllabique religieuse minoenne lue dans la continuité épigraphique et liée à des textes presque équivalents qui sont associés aux lieux saints et aux offrandes votives, c'est-à-dire aux souhaits, aux prières et surtout à la santé",
a noté le Dr Owens. 

Nous pensons que nous pouvons maintenant lire 99% du Disque Phaistos avec les valeurs phonétiques du script Mycenaean Linear B. Nous avons un total de 242 signes imprimés, c'est-à-dire des syllabes de lettres, avec 45 signes différents. Le moment est venu de faire le pas suivant vers la compréhension"

"Nous pouvons maintenant dire ce que signifient plus de la moitié des mots sur le disque" et comment, pour 10% des 61 mots "nous avons des indices linguistiques quant à leur signification" sans savoir exactement ce qu'ils signifient. "Peut-être la voix d'un sappho minoen ou d'une hypatie parle-t-elle d'Astarte, la déesse de l'amour, de la Crète minoenne. Le disque comporte 18 rimes avec une allitération poétique. Nous parlons peut-être de lignes comme dans un sonnet Shakespeare ? Ou peut-être quelque chose qui ressemble à des mantinades crétoises ?" 

Cette énigme a commencé en 1908 quand ce mystérieux disque, vieux de 4000 ans a été découvert en Crète dans le palais de la ville aujourd'hui disparue de Phaistos. Cent ans plus tard, personne n'avait encore réussi à traduire le mystérieux langage écrit sur le disque datant de 1700 avant Jésus-Christ. Deux spécialistes du langage pensent avoir enfin résolu l'énigme. 

Pendant six ans, Gareth Owens, un chercheur en linguistique de l'Institut technologique de Crète et John Coleman, un professeur de phonétique à Oxford ont étudié ce qu'ils appellent "le premier CD-ROM minoen.

 

Selon les conclusions de l'époque des deux chercheurs, ce disque serait en fait un texte de prière à la déesse mère, principale divinité de la civilisation minoenne. Prudence cependant, comme le rappelle le site spécialisé Archeology News Network, de nombreuses interprétations ont été avancées concernant ce disque. Le problème : il n'y a que 241 signes gravés sur les deux faces, "ce qui représente un très court texte et donc empêche de pouvoir infirmer ou confirmer toute proposition". De plus, le disque de Phaistos donne à voir un système d'écriture jamais encore retrouvé dans les fouilles des sites minoens, ni même ailleurs. Selon l'interprétation des deux linguistes, un mot revient à plusieurs reprises sur les deux faces, celui de "mère". La première face du disque parle d'une femme attendant un enfant, la seconde rendrait hommage à une femme qui vient d'être mère. Gareth Owens et John Coleman se sont en fait appuyés sur des études précédentes sur les hiéroglyphes crétois ainsi que sur le linéaire A, un système d'écriture minoen et sur le linéaire B, un système d'écriture mycénien pour pouvoir le décrypter :


"L'existence de la déesse mère était supposée depuis un siècle par ce que nous savons de la religion minoenne, encore fallait-il le prouver dans les textes", a expliqué Owens.

 

Gareth Owens affirme que sa découverte permet de traduire "près de 90%" du texte inscrit sur le disque.

Le disque de Phaestos se trouve actuellement exposé au Musée d'Héraklio, l'un des plus beaux Musées d'Europe.

  • Instagram Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • Facebook Social Icon

© 2020

Crète, Terre d'Origines